dimanche 9 décembre 2007

Compte rendu de l'AG constituante de la Coordination nationale des Personnels Universitaires - Samedi 8 décembre à Paris 7

A l’appel du collectif « Sauvons l’Université ! », l’assemblée générale inter-universitaire du 8 décembre a rassemblé plus de 250 personnes dans les locaux de Paris 7 : c’est un succès qui témoigne de la mobilisation et de l’attente des personnels de l’université.

Les présents provenaient des établissements et organisations suivants : Université Aix-Marseille 1, Université d’Amiens, Université de Besançon, Université Bordeaux 3, Université de Brest, Université de Caen, Université de Cergy Pontoise, Université de Dijon, Université Grenoble 3, Université Lille 3, Université Lyon 1, Université de Marne la Vallée, Université Montpellier 3, Université d’Orléans, Université Paris 1, Université Paris 3, Université Paris 4, Université Paris 5, Université Paris 6, Université Paris 7, Université Paris 8, Université Paris 9, Université Paris 10, Université Paris 11, Université Paris 13, Université de Poitiers, Université de Reims, Université de Rouen, Université de Toulouse Le Mirail, Université de Tours, Université de Versailles St Quentin, CNAM Paris, CNRS, ENS, ENS-LSH, ENSAD, INALCO, SNESUP. Etaient présentes à l’AG des personnes mandatés par : l’UFR Lettres et l’UFR de l’Université de Poitiers, l’UFR Lettres-Sciences Humaines et l’UFR Psychologie de l’université de Rouen, l’Université de Tours, l’Université de Lille III, le Collectif des personnels et Intersyndicale (CGT, FSU, SUD) de l’Université de Caen.

Le collectif SLU a rappelé tout d’abord qu’il a travaillé depuis le début en complémentarité avec Sauvons la Recherche et avec les syndicats. Cette convergence a abouti à la journée d’action unitaire du jeudi 6 décembre contre la loi LRU et à l’entrevue entre le directeur de cabinet de Valérie Pécresse et une délégation composée de représentants de l’intersyndicale et des 2 collectifs pour la remise d’un mémorandum en 10 points (voir compte rendu de J.-L. Fournel ).

Des débats animés se sont engagés et focalisés sur deux points : l’organisation du mouvement des personnels mobilisés, les modalités d’actions.

1. Organisation du mouvement

L’AG a voté, à l’initiative de certains personnels en grève de Paris 3 et Paris 10 (entre autres), en faveur d’une Coordination Nationale des Personnels Mobilisés. Cette coordination comprendra de 1 à 3 représentants par établissement (si possible avec représentation des enseignants chercheurs, personnels administratifs et techniques et doctorants). La première réunion de la coordination se tiendra samedi 15 décembre dans les locaux de Paris III. Les détails pratiques de l’organisation de cette coordination seront disponibles sur la liste coord-u@ras.eu.org. Pour s’inscrire à cette liste : coord-univ-request@ras.eu.org.

Tout en se félicitant de la création de cette coordination, le collectif SLU a de son côté appelé à la mise en place de structures plus souples, sous forme de comités locaux du mouvement SLU — certains existent déjà — afin d’amplifier sur chaque campus la mobilisation, et de créer des espaces de réflexion sur les contre-propositions à la loi.

L’AG a insisté sur le caractère non concurrentiel de la coordination et des mouvements (SLU, SLR, syndicats), qui tous conservent naturellement leur autonomie. SLU entend en particulier enrichir son site de toutes les réflexions et propositions d’actions des collègues syndiqués ou non, membres de la coordination nationale ou non. Pour adresser des informations et suggestions : postmaster@sauvonsluniversite.com.

2. Modalités d’actions
Un certain nombre de propositions d’actions ont été approuvées par l’AG : qu’elles soient comprises comme autant de possibilités devant être déclinées selon les situations locales.Mise en place d’un vote interne dans chaque université à l’attention de tous les personnels sur la question : « Etes-vous pour ou contre l’application de la loi LRU » ?

Actions relevant de la « grève du zèle », c’est-à-dire d’une application scrupuleuse de nos charges. Exemples : demande systématique des textes de lois nous obligeant ou nous autorisant à faire telle ou telle démarche ; envoi systématique de nos relevés de notes en recommandé au seul Rectorat pour accord (en arguant du fait que dans la nouvelle loi, la note servant non seulement à évaluer le travail d’un étudiant, mais à mesurer les taux de réussite des universités et par là même à décider du montant des financements accordés, la décision échappe en grande part à la compétence du seul enseignant).

Action à construire en collaboration avec SLR, praticien de la démarche : inviter à une démission collective des directeurs d’UFR et d’équipes de recherche.Faire en sorte (quand c’est encore possible) que les C.A. ne votent pas les nouveaux statuts.

Concernant l’évaluation des laboratoires en cours : relayer nationalement par une lettre aux experts de l’AERES pour expliquer notre désaccord avec les critères d’évaluation (car ces critères seront importants dans la modulation des services).

Concernant les maquettes LMD, établir une action au niveau national contre la destruction des formations disciplinaires et la mise en place d’enseignements professionnalisants au rabais.

Actions médiatiques multiples :
. Appel à tous les chercheurs et universitaires qui parlent dans les médias pour qu’ils s’expriment contre la LRU ; diffusion de ce mot d’ordre par nos réseaux.
. Par tous les abonnés du journal Le Monde, envoi d’une lettre de protestation motivée par la non-couverture de l’inquiétude de la communauté universitaire dans les colonnes du quotidien.
. Signature électronique automatique de nos mails par une formule du type « enseignant-chercheur en colère / contre la loi LRU »
Décision d’une journée d’action et de grève la semaine prochaine (jour fixé en accord avec celui que décidera la coordination étudiante réunie ce week-end).

Propositions du SNESUP
. une journée d’action pour le vendredi 14 décembre, et, la semaine suivante, pour le mercredi 19 décembre (l’idée étant de changer de jour pour que ce ne soient pas toujours les mêmes qui fassent grève).
. Début janvier, une manifestation nationale unitaire, en accord avec les projets de SLR et des autres syndicats.
. Utiliser le mémorandum qui a été remis à la Ministre.

D’autres propositions d’actions et de mobilisations seront recueillies et diffusées régulièrement sur le site de SLU.

En conclusion, l’A.G. appelle les collègues à poursuivre et à étendre leur mobilisation, y compris sous des formes nouvelles, et exprime le vœu que SLU continue son travail en liaison avec SLR, les syndicats et la nouvelle Coordination nationale.

Publié le dimanche 9 décembre 2007

Pour adhérer à la liste de diffusion, envoyer un mail (indiquer dans l'objet "subscribe") à cette adresse : coord-univ-request@ras.eu.org

2 commentaires:

Modérateur a dit…

Communiqué du Comité de lutte des Personnels de l'Université TOULOUSE LE MIRAIL (UTM - Toulouse 2)

le 7 décembre 2007

Compte-rendu de l’AG du vendredi 7/12/07 + Prochaine AG : lundi
10/12/07 à 12h

1. Le point sur nos actions de mercredi et jeudi

- La journée "soupe populaire" du mercredi 5 a été un succès : projections de films sur le mouvement à l'ESAV, distribution de soupe, vin chaud et café. La
cantine itinérante s'est ensuite déplacée au métro Capitole, pour
inviter les passants et diffuser des tracts. Les étudiants ont occupé durant 2h la Fnac
Wilson avant d'être repoussés à la lance d'incendie. Ils ont rejoint
ensuite les personnels sur le lieu de distribution de la soupe.
- La manifestation du jeudi 6 a compté plus de 3000 personnes,
réunissant étudiants, personnels et lycéens.

2. Informations

* national
- A ce jour, 60 universités sont encore mobilisées, dont environ 40
encore en grève.

* local
- La demande d'une salle attribuée au Comité de lutte pour la poursuite du mouvement a été acceptée par le Président de l'UTM.

3. Actions et décisions

Les représentants des syndicats FERC-Sup CGT et SNASUB-FSU, soucieux de maintenir l'unité syndicale au sein du Comité de lutte, proposent la reconduction de la grève jusqu'au lundi 10 décembre, pour permettre au
SNESUP-FSU et à SUD- EDUCATION d'exprimer leur position sur les
modalités d'actions pour la suite du mouvement.

Ils ont aussi proposé que l'AG des personnels se tienne entre 12h et
14h pour permettre la participation du plus grand nombre de personnels (Enseignants-chercheurs, chercheurs et BIATOS)

Ont donné lieu à vote et ont été adoptées les décisions suivantes:

- La reconduction de la grève jusqu'au lundi 10 décembre 2007
- L'heure de l'AG : lundi 10 décembre, à 12h (amphi 9, à confirmer)
- Un membre de l'AG a été mandaté pour représenter l'AG des personnels de l'UTM lors de l'AG de la coordination nationale SLR, SLU et autres collectifs (AG qui se tiendra le samedi 8 décembre à Paris).


Rappel : une biblio-webographie abondante à propos de la loi "LRU" et de ses implications est disponible.
=> http://www.univ-tlse2.fr/servlet/com.univ.collaboratif.utils.LectureFichiergw?CODE_FICHIER=1196876415091&ID_FICHE=2683

Comité de Mobilisation des Personnels a dit…

COORDINATION NATIONALE SLU

Cher-e-s collègues,

La réunion qui s'est tenue samedi 8 décembre à la Halle aux Farines
(université Paris 7) à l'initiative du collectif Sauvons L'Université a
décidé d'appeler à une coordination nationale des personnels de
l'enseignement supérieur contre la LRU pour samedi prochain, 15 décembre.
Cette coordination se tiendra au centre Censier (Université Paris 3).

L'idée est d'une part de mettre en place une structure représentative qui
permette au mouvement des personnels contre la LRU et aux différentes
initiatives locales de s'organiser à l'échelle nationale, d'autre part, à
travers cela, de renforcer notre visibilité et notre voix. La mise en place
de cette coordination n'est aucunement une initiative concurrente à celles de
SLU ou de SLR, ni des organisations syndicales. Au contraire, nous avons
insisté sur la complémentarité de ces modes d'expression et de représentation
et sur la nécessité de leur coopération.

Le mouvement des personnels de l'enseignement supérieur doit prendre sa place
et ses responsabilités aux côtés du mouvement étudiant. Nous vous invitons à
tenir des assemblées générales les plus nombreuses possibles, partout où
c'est possible, à relayer cet appel dans tous les réseaux à votre disposition
et à faire de ce début de coordination nationale un tremplin pour la suite de
ce mouvement.

Les modalités retenues pour la coordination sont :
- envoi de 1 à 3 mandatés par université, élus par les assemblées générales
des personnels. Les quotas de personnels enseignants/non enseignants dans les
délégations ont été rejetés, néanmoins, les assemblées générales sont
encouragées à ne pas oublier la représentation des collègues IATOS ainsi que
des doctorants.

- pour prendre en compte la diversité des situations et des niveaux de
mobilisation dans les différentes universités, les collègues non mandatés,
d'universités où des AG n'auront pas pu se tenir sont cordialement invités à
participer aux débats de la coordination,

- plus généralement, les débats de la coordination seront ouverts aux
collègues qui souhaiterons y assister, dans la limite des places disponibles.

- le lieu retenu pour la discussion sur l'organisation pratique de la
coordination est la liste coord-univ@ras.eu.org (cf ci-dessous). Le comité de
mobilisation des personnels de l'université Paris 3 (Censier) est chargé de
cette organisation. Le reste des modalités pratiques, horaires, rendez-vous,
fonctionnement, etc. sera communiqué dans le courant de la semaine, aussi
vite que possible.

Pour le comité de mobilisation de Paris 3,
Pascal Levy
Ingénieur d'étude,
Université Paris 3 Sorbonne Nouvelle


- pour s'inscrire sur la liste de la coordination : écrire un mail à coord-
univ-request@ras.eu.org avec dans le sujet "subscribe"